Le coût économique de la pollution de l'air

Last Updated on janvier 8, 2024 by Ecologica Life

Le Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur (CREA) a publié un rapport sur l'énergie et l'air pur. évaluation du coût économique mondial de la pollution atmosphérique due aux combustibles fossiles. Le rapport, publié en 2020, souligne les points suivants :

Les coûts économiques de la pollution atmosphérique due aux combustibles fossiles ont été estimés à $2,9 trillions de dollars américains en 2018, soit 3,3% du PIB mondial, bien au-delà les coûts probables d'une réduction rapide des la consommation de combustibles fossiles

La pollution atmosphérique due aux émissions de combustibles fossiles a causé environ 4,5 millions de décès en 2018. Chaque décès entraîne une perte moyenne de 19 années de vie.

Les niveaux élevés de pollution par les particules issues des combustibles fossiles (PM2,5) sont responsables de 1,8 milliard de journées de travail perdues, de 4 millions de nouveaux cas d'asthme chez les enfants et de 2 millions de naissances prématurées. Ce ne sont là que quelques-uns des effets sur la santé qui influencent le bien-être, la productivité économique et les dépenses de santé.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les types de pollution de l'air, consultez le site suivant cet article

Graphique montrant les coûts économiques de la pollution de l'air due aux combustibles fossiles pour chaque pays en pourcentage du PIB en 2018

Comment la pollution atmosphérique affecte-t-elle l'économie ?

Voyons cela en détail :

Perte de main-d'œuvre et baisse de productivité

L'exposition à la pollution atmosphérique augmente le risque de maladies telles que l'asthme, le diabète, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies respiratoires chroniques. Cela entraîne une réduction de la capacité de travail, une diminution de la participation au marché du travail et une augmentation des dépenses de santé. Pour les personnes qui ont déjà des problèmes de santé, la pollution de l'air augmente le risque de développer des complications liées à ces troubles.

L'augmentation des crises d'asthme et des jours de maladie chez les enfants affecte les résultats scolaires, accroît les coûts des soins de santé et oblige souvent les personnes qui s'occupent d'eux à s'absenter du travail. L'augmentation des infections respiratoires et d'autres maladies mineures chez les adultes accroît l'absentéisme au travail.

Les naissances prématurées liées à l'exposition à la pollution atmosphérique augmentent les coûts des soins de santé et les risques de nombreux problèmes de santé tout au long de la vie des bébés concernés.

Écosystèmes et biodiversité endommagés (destruction des ressources naturelles)

La pollution atmosphérique, en particulier les émissions de soufre et d'azote ainsi que l'ozone troposphérique, nuit à la capacité des écosystèmes à fonctionner et à prospérer. Les émissions de dioxyde de soufre et d'oxyde d'azote provoquent des "pluies acides" qui augmentent l'acidité de l'eau, de la végétation et des sols et ont un impact négatif sur la flore et la faune.

En fin de compte, l'acidification a un impact sur la capacité des écosystèmes à offrir des "services écosystémiques". Il s'agit notamment de l'approvisionnement en eau et du cycle des nutriments et du carbone, qui sont essentiels à la planète et à la vie humaine.

Accélération du changement climatique

La première chose qui vient à l'esprit lorsqu'on parle de changement climatique, ce sont les gaz à effet de serre. Ces substances retiennent la chaleur du soleil dans l'atmosphère terrestre et l'empêchent de rayonner dans l'espace. C'est ce que l'on appelle l'effet de serre.

Le dioxyde de carbone (CO2) est le gaz le plus fréquemment produit par l'activité humaine. Environ 64% du réchauffement climatique causé par l'homme est dû au CO2. Le CO2 est produit lors de l'extraction et de la combustion de combustibles fossiles tels que le charbon et le pétrole. Le dioxyde de carbone peut rester dans l'atmosphère pendant des milliers d'années, ce qui rend son impact sur l'environnement plus important.

Projections pour l'avenir de l'air

Selon les prévisions de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'augmentation de l'activité économique et de la demande d'énergie entraînera une forte hausse des émissions mondiales de polluants atmosphériques en l'absence de nouvelles restrictions plus strictes.

On prévoit que l'augmentation des émissions de polluants atmosphériques se traduira par une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. ozone troposphérique et les concentrations de PM2.5. Les concentrations moyennes de PM2.5 et d'ozone sont déjà bien au-dessus des niveaux recommandé par les lignes directrices de l'OMS sur la qualité de l'air pour la majeure partie de la population mondiale.

L'augmentation prévue de la pollution par les PM2,5 et l'ozone aura à son tour des effets considérables sur l'économie et la santé publique. D'ici 2060, le nombre annuel de journées de travail perdues passera de 1,8 milliard à 3,7 milliards. Le nombre de décès prématurés dus à la pollution atmosphérique devrait passer de 4,5 millions à 6-9 millions par an d'ici 2060, en particulier dans les zones à forte densité comme la Chine et l'Inde.

Comment s'attaquer au problème de la pollution de l'air ?

Si elles sont correctement mises en œuvre, les politiques de lutte contre les émissions de polluants atmosphériques amélioreront la qualité de l'air, réduiront la probabilité d'effets sanitaires extrêmement graves et produiront des avantages connexes significatifs pour l'environnement. Les répercussions économiques potentielles des effets de la pollution de l'air extérieur sont graves et soulignent la nécessité d'une action législative forte.

Il n'existe pas de méthode unique pour réduire les effets de la pollution atmosphérique. Les politiques doivent être adaptées aux conditions locales uniques, car les sources d'émissions de polluants atmosphériques et les effets économiques de la pollution de l'air sont très inégalement répartis dans les différentes régions. Toutefois, les politiques qui encouragent l'utilisation de dispositifs en bout de tuyauLa mise en place de normes de qualité de l'air et la tarification des émissions permettront certainement d'éviter les pires conséquences.

À long terme, la politique environnementale sera bénéfique pour l'économie, car elle encourage l'utilisation efficace des ressources et les bénéfices pour la santé qui augmenteraient le PIB de jusqu'à 10%. Les prix de fabrication des équipements nécessaires seront réduits à mesure que le marché des technologies propres se développera. Les pays qui s'engagent les premiers dans cette voie élargissent leurs possibilités de développement de l'industrie des technologies propres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laissez le champ ci-dessous vide !

Vous pouvez aussi aimer