L'image montre une femme âgée assise devant une tasse de café jetable, dont il a été démontré qu'elle libérait des microplastiques.
Avons-nous vraiment besoin de gobelets jetables ?

Comment les microplastiques peuvent perturber les hormones

Dernière mise à jour le janvier 10, 2024 par Ecologica Life

Le premier plastique entièrement synthétique a été créé en 1907. Nous dépendons aujourd'hui des plastiques dans tous les aspects de notre vie. Si les tendances actuelles en matière de production et de gestion des déchets se poursuivent, environ 12 000 millions de tonnes métriques de déchets plastiques pourraient pénétrer dans l'environnement naturel d'ici à 2050.

L'augmentation de la production de plastique a conduit à la présence de microplastiques (MP) partout dans l'environnement. Nous avons récemment découvert des MP dans des échantillons de sang humain. Il est probable que les MP et d'autres produits chimiques utilisés dans la production de plastique perturbent notre système hormonal.

Les preuves suggèrent que les MP et les produits chimiques associés peuvent affecter le système endocrinien des mammifères, entraînant des effets néfastes sur les systèmes digestif, reproductif et immunitaire, entre autres. Si les plastiques ne nous tuent pas dans l'immédiat, nous devons sérieusement repenser notre relation à long terme avec les plastiques, pour nous-mêmes et pour la planète.

Dans cet article, nous discuterons de l'origine des microplastiques et de leur omniprésence, de la manière dont les microplastiques et les produits chimiques associés à la production de plastique peuvent perturber l'organisme et des solutions qui existent pour lutter contre notre dépendance à l'égard d'un matériau qui est tout simplement... omniprésent.

Pollution par les microplastiques

A ce jour (18/12/2023), 4076 espèces ont été affectées par les débris plastiques dans le seul environnement aquatique (il ne s'agit que des espèces signalées !). On prévoit que d'ici 2050, Le plastique se retrouve dans le tube digestif de 99% de toutes les espèces d'oiseaux de mer.

Lorsque le plastique se dégrade, il se décompose en petites particules de plastique appelées microplastiques (MP) ou en particules encore plus petites appelées nanoplastiques (NP).

Image montrant la taille des fragments microplastiques et leur provenance
Image montrant la taille des fragments microplastiques et leur origine. Source : S. Primpke et al : S. Primpke et al. Anal. Bioanal. Chem. 410, 5131?5141 (2018). CC 4.0

Les biologistes marins connaissent les particules microplastiques depuis 2 ou 3 décennies. Les océans en sont remplis.

Jusqu'à récemment, nous ne savions pas que les microplastiques étaient présents dans notre vie quotidienne. Nous savons aujourd'hui qu'ils sont présents dans l'air, dans l'eau, lait et le sang. Ces microplastiques s'échappent des plastiques courants et même des fibres plastiques de nos vêtements (fibres de polyester). Près de neuf formes différentes de microplastiques ont été signalées dans les matières fécales humaines de plusieurs pays..

Les plastiques sont présents dans tous les aspects de la vie quotidienne. Ce n'est pas étonnant, car le plastique est un matériau bon marché à produire. Il est solide, fiable et protège nos aliments de la contamination.

Mais la décomposition du plastique en microplastiques est la face cachée de notre dépendance au plastique. Ce processus est accéléré par la chaleur. C'est pourquoi nous avons récemment découvert que des microplastiques sont libérés des biberons lorsqu'ils sont chauffés, ou même des sachets de thé lorsqu'ils sont plongés dans l'eau chaude.

Les microplastiques dans l'environnement

Quelle est donc la quantité de ces minuscules particules de plastique qui se retrouvent dans notre environnement ?

Tout d'abord, il convient de faire la distinction entre les microplastiques "primaires" et "secondaires". Les MP primaires sont créés intentionnellement et peuvent être trouvés dans des produits cosmétiques (par exemple, les gommages). Les MP secondaires sont au départ des plastiques normaux qui se décomposent en petits morceaux sous l'effet de la lumière du soleil, de la chaleur et des vagues de l'océan. Les MP primaires et secondaires peuvent tous deux se retrouver dans l'environnement.

Les microplastiques peuvent se décomposer en nanoplastiques, qui sont difficiles à détecter en raison de leur petite taille.

En Europe et en Amérique du Nord, entre 63 000 et 430 000 tonnes et 44 000 à 300 000 tonnes de microplastiques sont ajoutées chaque année aux champs agricoles par le biais des boues d'épuration.

Dans les écosystèmes marins, environ 5 à 13 millions de tonnes de débris plastiques pénètrent dans les océans chaque année. En conséquence, il y a probablement environ 24,4 trillions de microplastiques qui flottent dans la partie supérieure de l'océan mondial.

Dans de nombreuses régions du monde, nous ne disposons pas de données sur la quantité de MP ajoutée aux terres agricoles. Il s'agit certainement d'un signal d'alarme qui nous incite à comprendre la prolifération de ces minuscules polluants dans notre environnement et à y remédier.

Le plastique dès la naissance et tout au long de la vie

Il est surprenant de penser que notre interaction avec le plastique commence presque dès notre naissance et se poursuit tout au long de notre vie.

Prenons l'exemple des biberons en plastique, un article omniprésent dans les premières étapes de la vie. Qu'il s'agisse de nourrir nos nouveau-nés ou de conserver nos aliments, le plastique est omniprésent.

Le plus étrange dans tout cela, c'est que si vous essayez d'éliminer 100% de plastique de votre vie quotidienne, ce serait un véritable défi (bien que cela soit possible). Nous avons l'impression d'avoir toujours vécu ainsi, mais ce n'est pas le cas. Comme indiqué dans l'introduction, le véritable plastique synthétique a été inventé en 1907, mais il n'a été produit en masse que dans les années 1950.

C'est l'une des raisons pour lesquelles nous commençons seulement à prendre conscience des effets néfastes du plastique sur notre santé et sur l'environnement ; l'utilisation du plastique est à peine un détail dans le calendrier humain.

Bien qu'il s'agisse d'un événement isolé dans notre histoire, nous avons rendu les MP omniprésents dans l'environnement. La question qui se pose naturellement est la suivante : comment les MP affectent-ils notre corps et notre santé ? Il existe aujourd'hui de bonnes raisons de penser que les MP peuvent affecter nos systèmes hormonaux.

Effets des microplastiques et des EDC sur le système endocrinien

Pour évaluer l'impact des microplastiques sur le corps, nous devons donc prendre en compte deux éléments. Premièrement, comment la présence du microplastique dans le corps affecte-t-elle physiquement le corps ? Deuxièmement, comment la composition chimique du microplastique affecte-t-elle l'organisme ?

Certaines substances chimiques sont classées comme perturbateurs endocriniens (EDC). De nombreux EDC sont utilisés comme additifs dans la fabrication des plastiques.

Les microplastiques et les nanoplastiques, ainsi que leurs additifs toxiques, peuvent traverser différentes membranes biologiques. Une fois à l'intérieur, ils peuvent interférer avec différents récepteurs hormonaux. Cela peut avoir des effets néfastes sur différentes parties du système endocrinien (hormonal) des mammifères. Les régions potentiellement touchées sont l'hypothalamus, la glande thyroïde, la glande surrénale, l'hypophyse et les systèmes reproducteurs mâle et femelle.

Le diagramme montre comment les microplastiques et l'exposition aux produits chimiques qui leur est associée peuvent affecter les glandes endocrines.
Les microplastiques et l'exposition chimique qui leur est associée peuvent affecter les glandes endocrines. Crédit : Ullah, Ahmad, Guo, Ullah, Ullah, Nabi et Wanghe/Frontiers in Endocrinology.

En outre, les MP et les NPs peuvent absorber et servir de support de transport pour les EDC (par exemple les bisphénols, composés perfluorés [PFAS], hydrocarbures aromatiques polycycliques, métaux lourds). Ces mêmes EDC sont également couramment utilisés comme additifs dans la fabrication des plastiques.

Le bisphénol A (BPA) est un EDC connu et est utilisé pour le revêtement de produits tels que les tasses à café (même en papier). En général, les EDC ne sont pas liés de manière covalente (forte) aux plastiques. Il est donc facile pour eux de s'infiltrer dans le lait, l'eau et d'autres liquides. Une fois que nous avons bu ces liquides, ces produits chimiques sont libres de perturber notre système endocrinien et peuvent même s'accumuler dans notre corps.

Plus nous sommes exposés aux plastiques, plus nous risquons d'être exposés aux EDC.

La science : Comment les MP et les EDC perturbent les glandes endocrines

J'ai séparé cette section pour les lecteurs qui s'intéressent à la science en profondeur. Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à sauter cette section.

Les EDC modifient l'expression de divers récepteurs hormonaux et interfèrent avec la synthèse, la sécrétion, le transport et l'action des hormones, entraînant des anomalies endocriniennes et développementales.1-2

Bien que d'autres études soient nécessaires, plusieurs études ont montré comment les MP et les EDC perturbent la glande thyroïde chez l'homme et chez le rat.3 Les effets comprennent un dysfonctionnement de la thyroïde, une diminution des taux d'hormones thyroïdiennes et des lésions thymiques.

Chez les rats, les souris et les porcs, on a observé que les MP réduisaient la qualité du sperme, diminuaient les niveaux de testostérone, augmentaient l'apoptose et la nécrose dans les testicules et avaient divers autres effets néfastes.3 On a également observé que les MP augmentaient le stress oxydatif dans les ovaires et diminuaient la grossesse, entre autres effets négatifs chez les souris.3

Il a été démontré chez le rat et la souris que les EDC provoquent une diminution significative des neurones hypothalamiques, activent les astrocytes, induisent une puberté précoce chez les rats femelles et augmentent le stress oxydatif dans l'hypothalamus, entre autres effets néfastes.3

Plusieurs troubles métaboliques, des déséquilibres du microbiote intestinal et des perturbations de la fonction de barrière intestinale causés par les microplastiques ont été étudiés chez les rats et les souris. L'exposition aux MP a également été associée à des altérations du comportement neurologique et à un stress biochimique chez les rats.4

Effets du cheval de Troie

La grande surface et la nature hydrophobe des MP en font des vecteurs efficaces pour divers polluants, notamment les EDC, les métaux lourds et d'autres composés organiques nocifs. Plusieurs EDC transportés par des MP ou des NPs sont structurellement similaires à des récepteurs hormonaux spécifiques.

Cela entraîne des effets néfastes chez les mammifères par le biais des processus de bioaccumulation et de bioamplification. Ce phénomène, connu sous le nom de "Effet cheval de Troie"La présence de MPs entraîne divers changements synergiques, comportementaux, histologiques et biomoléculaires.

On pense que les MP et les NP perturbent les axes hypothalamo-hypophysaires, y compris l'axe hypothalamo-hypophysaire-thyroïdien-surrénalien-testiculaire-ovarien. Il en résulte une augmentation du stress oxydatif, une toxicité pour la reproduction, une neurotoxicité, une cytotoxicité, des anomalies du développement, une réduction de la qualité du sperme et une immunotoxicité.

On sait que les MP s'accumulent dans diverses parties du corps, interfèrent avec les voies biochimiques et affectent les fonctions cellulaires en pénétrant les membranes biologiques en fonction de leur taille.

Les recherches suggèrent que les MP d'une taille comprise entre 0,1 et 10 µm sont capables de franchir des barrières biologiques telles que la BHE et le placenta, et peuvent s'accumuler dans des tissus tels que le foie et le cerveau. Les MP de moins de 150 microns peuvent traverser le tractus gastro-intestinal, tandis que celles de moins de 5 microns peuvent s'accumuler dans les macrophages et être transportées dans la circulation sanguine et la rate.5-6

Il existe de bonnes preuves des effets directs des MP et des NP sur la thyroïde, les testicules et les ovaires.3 Toutefois, d'autres études sont nécessaires pour évaluer les effets directs sur l'hypothalamus, l'hypophyse et les glandes surrénales.

Pour mieux comprendre comment les députés interagissent avec les différents organes, Lire ce commentaire.

Solutions (solutions simples ?)

Les microplastiques peuvent nuire à notre santé, mais cela ne signifie pas que nous courons un danger immédiat. Si le plastique était immédiatement mortel, nous l'aurions déjà remarqué. Cela dit, la présence de microplastiques dans notre corps est préoccupante.

Il est possible que ces particules aient de petits effets sur notre corps qui peuvent s'accumuler avec le temps. Nous produisons de plus en plus de plastique au fil du temps, ce qui pourrait accroître ces effets, ce qui est spéculatif mais non sans raison. Les données présentées dans cet article suggèrent que nous devrions reconsidérer notre exposition à long terme aux produits qui utilisent du plastique ou qui sont fabriqués à partir de plastique.

Les déchets plastiques sont un problème sociétal, écologique et peut-être maintenant aussi un problème de santé. Malgré cela, le plastique est indispensable, extrêmement utile et omniprésent dans la vie quotidienne. Il n'est pas facile pour nous d'arrêter de produire et d'utiliser du plastique aujourd'hui, alors qu'il est bien connu que les déchets plastiques sont nocifs pour la vie.

Le plastique existe depuis une centaine d'années et nous a permis de vivre avec plus de commodité et de confort. Mais cette commodité vaut-elle notre santé ? Changer notre relation avec le plastique signifie tout changer, la façon dont nous l'emballons, la façon dont nous l'achetons et la façon dont nous interagissons avec lui. Mais s'efforcer d'améliorer les lendemains (si l'on a le cœur bien accroché) peut faire de nous de meilleures personnes aujourd'hui.

Il existe déjà des initiatives visant à résoudre ce problème à l'échelle mondiale. Le nettoyage des océans fait un travail spectaculaire en éliminant le plastique des océans et des rivières du monde entier.. L'UE donne la priorité à une économie circulaire, vise à recycler 60% de ses déchets d'ici à 2030 et ne pas polluer d'ici à 2050. Bien qu'il reste encore beaucoup à faire, nous prenons des mesures délibérées dans la bonne direction. Mais qu'en est-il de l'individu ? Que peuvent-ils faire pour aider ?

À la lumière de ces nouvelles preuves que le plastique, ce matériau miracle, peut nuire à notre santé et, à coup sûr, à l'environnement, je recommande aux individus de s'efforcer de faire trois choses ; Réduire, remplacer, recycler (J'expliquerai pourquoi j'ai utilisé remplacer au lieu de réutiliser dans la suite).

Premièrement, réduire ou consommer de manière responsable. Moins on achète de plastique, moins on en retrouve dans l'environnement. Il en va de même pour les vêtements, dont beaucoup sont aujourd'hui fabriqués à partir de fibres de polyester. Achetez ce dont vous avez besoin. N'achetez pas de vêtements pour les jeter, n'achetez pas de nourriture et de boissons que vous ne consommerez pas, n'achetez que ce dont vous avez besoin.

Deuxièmement, remplacer. Pensez à tous les objets de votre vie qui sont en plastique mais qui pourraient facilement ne pas l'être. Le café à emporter que vous achetez le matin (rappelez-vous, les gobelets en papier sont toujours en plastique), pourriez-vous le remplacer ? Pourriez-vous plutôt prendre un café à la maison, ou vous asseoir et prendre un café (dans une tasse en céramique), êtes-vous vraiment si pressé que vous ayez besoin d'acheter des tasses jetables tous les jours ?

Troisièmement, recycler. Si vous avez besoin de quelque chose et que vous ne pouvez pas le remplacer, la meilleure chose à faire est de le recycler. Cela inclut la réutilisation. Recycler ne signifie pas toujours mettre les choses dans la bonne poubelle, cela peut aussi signifier trouver une autre utilisation pour ces vêtements, ou trouver un nouvel usage à votre vieux pot de fleurs.

N'oubliez pas que jeter des objets ne fait qu'aggraver le problème. Vous ne devez pas paniquer et jeter tous vos articles ménagers parce qu'ils sont en plastique, mais vous devez essayer de réduire la quantité de plastique que vous achetez à l'avenir, de remplacer le plastique que vous achetez par des matériaux réutilisables et durables, et de recycler tout ce dont vous n'avez pas besoin ou que vous devez jeter.

Essayer d'éliminer complètement le plastique dans votre vie peut être un casse-tête (Je vous salue si vous décidez de vous lancer.), alors commencez modestement. Que pouvez-vous faire pour réduire votre consommation de plastique ? Où pouvez-vous acheter moins de plastique ? Quels autres matériaux pouvez-vous utiliser ?

En conclusion, je reconnais que nous ne pouvons pas arrêter d'utiliser du plastique aujourd'hui. Mais si nous nous efforçons d'acheter et d'utiliser moins de plastique, un million de personnes effectuant de petits changements feront une différence significative, imaginez ce qu'un milliard de personnes pourraient faire. Réfléchissez à la manière dont vous pouvez contribuer à la crise du plastique ; Réduire, remplacer, recycler.

Si vous êtes préoccupé par la présence de microplastiques dans votre vie, Lire nos conseils pour éviter les microplastiques.

Ce guide sans plastique propose des mesures plus spécifiques et plus concrètes pour réduire la consommation de plastique.

Qu'en pensez-vous ? Faites-le nous savoir dans les commentaires !

Références

  1. Campanale C, Massarelli C, Savino I, Locaputo V, Uricchio VF. Une étude détaillée sur les effets potentiels des microplastiques et des additifs préoccupants sur la santé humaine. Int J Environ Res Public Health. 2020 Feb 13;17(4):1212. doi : 10.3390/ijerph17041212. PMID : 32069998 ; PMCID : PMC7068600.
  2. Yilmaz B, Terekeci H, Sandal S, Kelestimur F. Endocrine disrupting chemicals : exposure, effects on human health, mechanism of action, models for testing and strategies for prevention. Rev Endocr Metab Disord. 2020 Mar;21(1):127-147. doi : 10.1007/s11154-019-09521-z. PMID : 31792807.
  3. Ullah S, Ahmad S, Guo X, Ullah S, Ullah S, Nabi G, Wanghe K. A review of the endocrine disrupting effects of micro and nano plastic and their associated chemicals in mammals. Front Endocrinol (Lausanne). 2023 Jan 16;13:1084236. doi : 10.3389/fendo.2022.1084236. PMID : 36726457 ; PMCID : PMC9885170.
  4. Amereh F, Babaei M, Eslami A, Fazelipour S, Rafiee M. The emerging risk of exposure to nano(micro)plastics on endocrine disturbance and reproductive toxicity : From a hypothetical scenario to a global public health challenge. Environ Pollut. 2020 Jun;261:114158. doi : 10.1016/j.envpol.2020.114158. Epub 2020 Feb 10. PMID : 32088433.
  5. Kannan K, Vimalkumar K. A Review of Human Exposure to Microplastics and Insights Into Microplastics as Obesogens. Front Endocrinol (Lausanne). 2021 Aug 18;12:724989. doi : 10.3389/fendo.2021.724989. PMID : 34484127 ; PMCID : PMC8416353.
  6. Banerjee A, Shelver WL. Micro- and Nanoplastic-Mediated Pathophysiological Changes in Rodents, Rabbits, and Chickens : A Review. J Food Prot. 2021 Sep 1;84(9):1480-1495. doi : 10.4315/JFP-21-117. PMID : 34347096.

Lectures complémentaires

  • Amereh F, Babaei M, Eslami A, Fazelipour S, Rafiee M. The emerging risk of exposure to nano(micro)plastics on endocrine disturbance and reproductive toxicity : From a hypothetical scenario to a global public health challenge. Environ Pollut. 2020 Jun;261:114158. doi : 10.1016/j.envpol.2020.114158. Epub 2020 Feb 10. PMID : 32088433.
  • Schell T, Rico A, Cherta L, Nozal L, Dafouz R, Giacchini R, Vighi M. Influence des microplastiques sur la bioconcentration des contaminants organiques dans les poissons : Is the "Trojan horse" effect a matter of concern ? Environ Pollut. 2022 Aug 1;306:119473. doi : 10.1016/j.envpol.2022.119473. Epub 2022 May 16. PMID : 35580714.
  • Schwabl P, Köppel S, Königshofer P, Bucsics T, Trauner M, Reiberger T, Liebmann B. Detection of Various Microplastics in Human Stool : A Prospective Case Series. Ann Intern Med. 2019 Oct 1;171(7):453-457. doi : 10.7326/M19-0618. Epub 2019 Sep 3. PMID : 31476765.
  • Wang J, Li Y, Lu L, Zheng M, Zhang X, Tian H, Wang W, Ru S. Polystyrene microplastics cause tissue damages, sex-specific reproductive disruption and transgenerational effects in marine medaka (Oryzias melastigma). Environ Pollut. 2019 Nov;254(Pt B):113024. doi : 10.1016/j.envpol.2019.113024. Epub 2019 Aug 7. PMID : 31454586.
  • Derakhshan A, Shu H, Broeren MAC, Lindh CH, Peeters RP, Kortenkamp A, Demeneix B, Bornehag CG, Korevaar TIM. Association of phthalate exposure with thyroid function during pregnancy (Association de l'exposition aux phtalates avec la fonction thyroïdienne pendant la grossesse). Environ Int. 2021 Dec;157:106795. doi : 10.1016/j.envint.2021.106795. Epub 2021 Aug 4. PMID : 34358912.
  • De Falco M, Sellitti A, Sciarrillo R, Capaldo A, Valiante S, Iachetta G, Forte M, Laforgia V. Nonylphenol effects on the HPA axis of the bioindicator vertebrate, Podarcis sicula lizard. Chemosphere. 2014 Jun;104:190-6. doi : 10.1016/j.chemosphere.2013.11.014. Epub 2013 Nov 28. PMID : 24290296.
  • Geyer R, Jambeck JR, Law KL. Production, utilisation et devenir de tous les plastiques jamais fabriqués. Sci Adv. 2017 Jul 19;3(7):e1700782. doi : 10.1126/sciadv.1700782. PMID : 28776036 ; PMCID : PMC5517107.
  • Wilcox C, Van Sebille E, Hardesty BD. La menace de la pollution plastique pour les oiseaux de mer est globale, omniprésente et croissante. Proc Natl Acad Sci U S A. 2015 Sep 22;112(38):11899-904. doi : 10.1073/pnas.1502108112. Epub 2015 Aug 31. Erratum dans : Proc Natl Acad Sci U S A. 2016 Jan 26;113(4):E491. PMID : 26324886 ; PMCID : PMC4586823.
  • Galloway TS, Cole M, Lewis C. Interactions of microplastic debris throughout the marine ecosystem. Nat Ecol Evol. 2017 Apr 20;1(5):116. doi : 10.1038/s41559-017-0116. PMID : 28812686.
  • Baho DL, Bundschuh M, Futter MN. Microplastiques dans les écosystèmes terrestres : Moving beyond the state of the art to minimize the risk of ecological surprise. Glob Chang Biol. 2021 Sep;27(17):3969-3986. doi : 10.1111/gcb.15724. Epub 2021 Jun 13. PMID : 34042229.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laissez le champ ci-dessous vide !

Vous pouvez aussi aimer