Crédit : Elianne Dipp/Pexels

Comment l'ingestion de microplastiques affecte les mammifères aquatiques

Dernière mise à jour le mars 16, 2024 par Ecologica Life

Les microplastiques ont envahi tous les recoins de notre planète, des vastes étendues de nos océans à l'air que nous respirons. Ces minuscules particules ont été trouvées non seulement dans l'environnement marin, mais aussi dans des endroits plus inattendus, notamment dans le lait de vache et même des échantillons de sang humain, ce qui révèle la portée étendue et préoccupante de la contamination par les microplastiques.

Nous en savons encore trop peu sur la façon dont les microplastiques nous affectent et affectent la vie en général. Dans cet article, nous examinerons ce que les preuves scientifiques récentes nous apprennent sur la façon dont l'ingestion de microplastiques affecte les mammifères aquatiques. Nous aborderons également les solutions à la crise du plastique.

Qu'est-ce que les microplastiques ? Faut-il s'inquiéter ?

Les plastiques dans l'océan

Les déchets plastiques sont un problème moderne, à la fois sociétal et écologique. Nous les trouvons partout dans notre vie quotidienne. Malheureusement, le plastique a été retrouvé dans l'estomac de baleines, de tortues, de poissons et d'autres espèces marines.

Le plastique représente actuellement environ 60-80% des déchets trouvés dans les océans et est considéré comme la plus grande menace pour la vie marine, plus encore que d'autres menaces telles que la pollution, le changement climatique, la surexploitation des ressources et les espèces envahissantes.1

Les débris plastiques sont transportés sur de longues distances par les vents, les rivières et les courants marins. Chaque année, entre 5 et 13 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans l'océan, se propageant des zones côtières aux fonds marins, en passant par les courants marins et même jusqu'aux régions polaires éloignées.1

Qu'est-ce que les microplastiques ?

Définitions et origines

Les plastiques se décomposent en petites particules de moins de 5 mm, appelées microplastiques (MP). Les MP peuvent être primaires ou secondaires. Les MP primaires sont produites intentionnellement et peuvent être trouvées dans certains gommages cosmétiques. Les MP secondaires proviennent de plastiques plus grands qui se sont décomposés en particules plus petites.

Sources et impact

Les sources de microplastiques comprennent les suspects habituels tels que les sacs en plastique, mais aussi des sources inattendues telles que les vêtements synthétiques (par exemple, le polyester), ainsi que biberons pour bébés et sachets de thé. En théorie, tout ce qui contient ou est en plastique peut produire des microplastiques. Cela est particulièrement vrai en présence de chaleur et de rayons UV.

Il a même été rapporté qu'en raison de la pandémie de COVID-19, 1370 billions de MP auraient pénétré dans les environnements marins côtiers d'ici 2020 en raison des masques chirurgicaux jetés dans le monde entier.2

En raison de leur nature physique et chimique, les débris de plastique et de microplastique persistent longtemps dans l'environnement.

Pourquoi les microplastiques sont-ils dangereux pour les mammifères aquatiques ?

Ingestion

La recherche suggère que les baleines ingèrent 10 millions de particules microplastiques chaque jour. À ce jour, quelque 4076 espèces ont été signalées comme étant affectées par les débris marins ( LITTERBASE, consulté le 17 février 2024). Parmi celles-ci, l'ingestion de plastique a été signalée chez 655 espèces de mammifères aquatiques.

Des microplastiques ont même été trouvés dans les excréments de phoques gris vivant dans un sanctuaire.3 C'est là que l'on pourrait s'attendre à ce que la pollution plastique soit la plus faible, mais il est prouvé que les députés peuvent remonter la chaîne alimentaire.3 Ces phoques ont obtenu des MP en ingérant des poissons qui avaient ingéré des MP en consommant du zooplancton.

Le diagramme montre comment les microplastiques peuvent voyager le long de la chaîne alimentaire aquatique.
Comment les microplastiques peuvent remonter la chaîne alimentaire aquatique. Crédit : Étude du transfert trophique des microplastiques chez les prédateurs marins supérieurs. CC BY 4.0. Aucune modification n'a été apportée au diagramme original.

Problèmes de toxicité

La toxicité des MP n'a pas fait l'objet d'études approfondies chez les mammifères aquatiques. Il semble que la toxicité des MP pour les mammifères terrestres ait fait l'objet d'un nombre relativement plus important de recherches. Ce que nous savons, c'est que les MP peuvent absorber une variété (des centaines) de produits chimiques différents au cours de leur fabrication et dans l'environnement.

Ces produits chimiques comprennent, entre autres, les phtalates, les contaminants organochlorés, les esters organophosphorés, les dioxines, les antibiotiques, le tributylétain, le bisphénol A, l'oxyde d'aluminium, le chrome, le plomb et le cadmium.1 Nombre de ces composés sont toxiques ou peuvent perturber l'équilibre hormonal de l'organisme (on parle alors de perturbateurs endocriniens). Dans un autre article, nous avons examiné comment la recherche a mis en évidence les problèmes posés par les EDC chez les mammifères.

montre comment des microplastiques chargés d'agents pathogènes et d'un large éventail de polluants chimiques provenant de diverses sources ont pénétré dans l'écosystème aquatique.
Des MP primaires et secondaires chargées d'agents pathogènes et d'une large gamme de polluants provenant de diverses sources pénètrent dans l'écosystème aquatique. Les mammifères aquatiques ingèrent les MP directement à partir de l'environnement et via le réseau alimentaire. Crédit : Les effets néfastes sur la santé des mammifères aquatiques de l'augmentation de la pollution microplastique. CC BY-NC-ND 4.0 Acte de propriété.

Les MP agissent comme des vecteurs de polluants et de toxines tels que les EDC, les métaux lourds, les pesticides et même les agents pathogènes.1 Une fois que les MP pénètrent dans le corps des mammifères, les processus de bioamplification et de bioaccumulation aggravent la situation (Effets du cheval de Troie).

Les recherches menées sur les mammifères aquatiques suggèrent que les MP peuvent réduire les réserves d'énergie et la capacité d'alimentation.1 Les MP peuvent affecter le système reproducteur et endommager l'intestin.1 Les MP ont également été associés à un système immunitaire affaibli, à une susceptibilité aux maladies et à une inflammation accrue.1 Les polluants chimiques associés aux MP ont également été associés au cancer.1

Implications pour la santé humaine

Les implications des MP pour la santé humaine sont nombreuses et nous n'en évoquerons que quelques-unes ici. Prenons l'exemple du cancer. On pense que la plupart des cancers (90-95%) résultent d'une interaction complexe de facteurs liés au mode de vie, c'est-à-dire de dommages accumulés tout au long de la vie. La question qui se pose naturellement est la suivante : comment les MP peuvent-ils influer sur le risque de cancer chez les mammifères ? Actuellement, 168 pesticides sont classés comme cancérigènes potentiels.4 Les MP peuvent agir comme des vecteurs de ces pesticides, en les transportant dans l'organisme. Bien que les preuves soient limitées, ce n'est pas une bonne nouvelle pour nos cousins aquatiques ni pour nous.

Il convient toutefois de noter que certains chercheurs estiment que l'impact des MP sur la santé humaine est encore incertain et doit faire l'objet de recherches plus approfondies. C'est sans doute vrai. Cependant, les recherches préliminaires effectuées dans ce domaine suggèrent que les MP pourraient avoir un impact négatif significatif sur notre santé.

Pour en savoir plus sur les implications des MP pour la santé humaine, consultez cet article.

Conseils pour éviter les microplastiques.

La solution ?

Vous avez du lait ? Crédit : Pixabay/Pexels

La bonne nouvelle est que de nombreux consommateurs sont déjà conscients du problème du plastique, même s'ils ne savent pas nécessairement quoi faire. Il existe des initiatives telles que The Ocean Cleanup, qui fait un excellent travail en éliminant le plastique des rivières et des océans.

Nous devons changer notre façon d'interagir avec le plastique. Il est désormais impossible d'imaginer acheter de la nourriture sans plastique. Tout est emballé ou contenu dans du plastique ! (Ne vous laissez pas abuser par les boissons en carton, elles sont recouvertes d'une couche de BPA, même les boissons en boîte sont recouvertes de plastique). Je pense que la clé pour y parvenir est d'examiner notre passé récent.

Presque tous les aliments de consommation sont emballés dans du plastique d'une manière ou d'une autre. Mais il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi. Autrefois, le lait était livré dans des bouteilles en verre, qui étaient ensuite collectées et réutilisées. En Espagne, le vin était acheté dans une cave, vous apportiez votre bouteille et elle était remplie directement à partir du tonneau. La viande était emballée dans du papier kraft, et vous la mettiez dans votre sac, que vous deviez apporter de chez vous car les sacs en plastique n'étaient pas vendus à l'époque.

Je ne dis pas que nous devrions revenir en arrière. Il y a 100 ans, la vie dans les pays occidentaux était bien pire pour beaucoup de gens*. Nous ne devrions pas diaboliser les combustibles fossiles parce qu'ils nous ont fourni de l'énergie et nous ont permis de sortir un grand nombre de personnes de la pauvreté. Mais le problème du plastique EST un problème, et je suggère de s'inspirer des pratiques du passé.

Réduire, réutiliser et recycler, c'était du bon sens quand nous en avions moins. Nous devrions offrir aux consommateurs de nouveaux moyens d'acheter des produits sans plastique. J'opterais pour un système de bouteilles de lait, même si je devais apporter moi-même la bouteille de verre vide au supermarché pour la remplir. Il en va de même pour d'autres produits de consommation. Il se peut que certains consommateurs ne préfèrent pas cette façon de faire leurs courses, mais il faut au moins que ce soit une option. Nous devrions pouvoir choisir des produits sans plastique si nous le souhaitons. De cette manière, nos aliments seraient moins en contact avec le plastique et nous aurions moins de plastique à jeter.

*Voir "The Road to Wigan Pier" de George Orwell.

Conclusion

Certaines données suggèrent que les députés pourraient avoir un effet néfaste sur la santé des mammifères aquatiques. Cela devrait nous préoccuper non seulement pour le bien-être des mammifères aquatiques, mais aussi pour toutes les formes de vie sur terre, y compris la nôtre.

Alors que des initiatives sont en cours pour éliminer le plastique des océans et des rivières, nous devrions changer la façon dont nous interagissons avec le plastique. Pour ce faire, je suggère d'éliminer autant que possible le plastique de la chaîne de consommation, ou du moins de donner aux consommateurs la possibilité de se passer de plastique.

Si vous avez aimé cet article, faites-le nous savoir dans les commentaires. Nous sommes ravis de recevoir vos commentaires. Vous pouvez également nous envoyer un courriel directement à l'adresse info@ecologica.life.

Références

  1. Les effets néfastes sur la santé des mammifères aquatiques de l'augmentation de la pollution microplastique.
  2. Libération de microplastiques par les masques chirurgicaux jetés et leurs effets néfastes sur le copépode marin Tigriopus japonicus.
  3. Étude du transfert trophique des microplastiques chez les prédateurs marins supérieurs.
  4. Une approche par étapes pour hiérarchiser les pesticides homologués en vue d'une évaluation des risques potentiels de cancer : implications pour la prise de décision.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laissez le champ ci-dessous vide !

Vous pouvez aussi aimer