Photo de Kiev, Ukraine, avant la guerre de 2022
Kiev, Ukraine avant la guerre. Crédit : Oleksandr Pidvalnyi/Pexels

Justice environnementale et avenir de l'Ukraine

Dernière mise à jour le 1 juin 2023 par Ecologica Life

La guerre en Ukraine est entrée dans sa deuxième année. Les pertes en vies humaines ont été dévastatrices des deux côtés. La guerre a fait des dizaines de milliers de morts, des millions de personnes déplacées et des centaines de milliers de morts. des dommages environnementaux importants.

Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et ses partenaires suivent la crise en Ukraine depuis l'année dernière et ont trouvé des preuves d'un héritage néfaste qui affectera les générations actuelles et futures.

La victime non mentionnée de la guerre

L'environnement est généralement la dernière victime de la guerre. Recherche a montré que la guerre a un impact négatif durable sur l'environnement. En Belgique, près d'Ypres, le sol contient encore plus de 2 000 tonnes de cuivre datant de la Première Guerre mondiale. Naufrages en temps de guerre ont montré qu'ils affectaient la vie aquatique. En 2018, plus de 3000 personnes sont mortes à Kaboul des maladies liées aux pollution de l'air causée par la révolution Saur.

Images satellite montrant le port de Berdiansk en Ukraine avant l'incendie Image satellite montrant le port de Berdinask en Ukraine après l'incendie
Images avant et après l'incendie du port de Berdinask, dans le sud de l'Ukraine, mars 2022. ©Planet Labs PBC, CC BY-NC-SA 2.0

Une année de combats en Ukraine a laissé de profondes blessures dans le paysage naturel et les écosystèmes du pays. De vastes zones de terres agricoles, de forêts et de parcs nationaux ont été dévastées par le conflit.

De nombreux bâtiments industriels, entrepôts et usines ont également été endommagés. Certains d'entre eux contenaient divers matériaux dangereux pour la santé humaine, tels que des solvants, de l'ammoniac et des matières plastiques.

L'air et l'eau de l'Ukraine sont signalés comme étant gravement pollué par rapport aux niveaux d'avant 2022. Cette pollution aura des effets négatifs à court et à long terme sur la santé de la population ukrainienne.

Elle aura également un impact environnemental plus large sur le changement climatique mondial, à un moment où l'Europe et le monde tentent de réduire leur empreinte carbone afin de ne pas dépasser la limite de 1,5 ºC fixée par l'accord de Paris. Un accord que nous nous battons toujours pour faire respecter si nous voulons éviter de graves conséquences environnementales.

La plus grande centrale nucléaire d'Europe, Zaporizhzhia, est régulièrement bombardée, ce qui accroît le risque d'une catastrophe nucléaire dans un pays qui garde un souvenir vivace de l'accident de Tchernobyl. Tchernobyl l'accident nucléaire.

Image satellite montrant des tirs d'obus près de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia
Image satellite montrant des tirs d'obus près de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, août 2022. ©Planet Labs PBC, CC BY-NC-SA 2.0

Le risque d'incident nucléaire peut être exacerbé par la récente déclaration de Poutine selon laquelle il déploie des armes à sous-munitions. Armes nucléaires au Belarus. L'OTAN a estimé qu'il s'agissait d'une tactique de peur, car les États-Unis n'ont pas constaté de mouvements d'armes nucléaires dans la région du Belarus et, de toute façon, la portée des armes nucléaires de l'arsenal russe signifie qu'il n'est pas nécessaire de les déployer au Belarus pour qu'elles puissent être utilisées.

Parmi les sources de pollution de l'eau figurent les mines de charbon abandonnées, dont beaucoup se trouvent dans la région du Donbas. Une fois fermée, une mine ne peut être définitivement abandonnée. Il reste encore du travail à faire, comme le pompage continu de l'eau pour empêcher les métaux lourds tels que le mercure, le plomb et l'arsenic de contaminer les réservoirs.

Dès avant le début de la guerre, les la gestion de ces mines était limitéeLes mines sont abandonnées et inondées, car les séparatistes pro-russes n'ont ni la motivation ni les ressources nécessaires pour effectuer les travaux d'entretien requis. En conséquence, les mines sont abandonnées et inondées, polluant l'eau qui devrait être utilisée pour l'agriculture et la boisson.

Comment les coûts écologiques sont-ils évalués ?

Selon le gouvernement ukrainien, l'Ukraine a subi plus de 48 milliards d'euros de dommages environnementaux depuis le début de la guerre. Il s'agit notamment de la contamination due au bombardement de milliers d'installations contenant des matières toxiques et dangereuses, ainsi que des dommages causés à la qualité de l'air, des forêts, du sol et de l'eau. Il s'agit également de la contamination par les armes et les munitions.

Toutefois, certains coûts environnementaux sont difficiles à quantifier, comme la perte d'espèces et d'écosystèmes entiers. L'Ukraine abrite 35% de la biodiversité européenne, mais ce chiffre pourrait diminuer considérablement après la guerre, car la faune et la flore sont tuées par les bombardements, les tirs et les incendies. Le manque de nourriture et d'eau potable est également un problème pour de nombreuses espèces.

Le gouvernement ukrainien aurait recensé plus de 2 300 cas de dommages environnementaux et entend utiliser ces preuves pour tenir Moscou responsable des coûts économiques de la pollution.

Le gouvernement ukrainien reçoit également l'aide du PNUE pour réaliser des évaluations d'impact sur le terrain - ce qui n'est pas une tâche facile, compte tenu de l'ampleur et de la dispersion des dégâts. Le PNUE propose sur son site web une carte montrant les conséquences et les risques environnementaux documentés des combats en Ukraine.

Au sein d'une équipe spéciale dirigée par l'inspection écologique de l'État ukrainien, une centaine de personnes rassemblent des preuves des dommages causés à l'environnement par la Russie. Dans la mesure du possible, elles se rendent dans les zones polluées pour prélever des échantillons et fournir des photos, des vidéos et des données satellitaires.

Outre l'inspection écologique de l'Ukraine, plusieurs ONG (organisations non gouvernementales) telles que PAX ont également entrepris de suivre l'impact du conflit sur l'environnement, dans le but de fournir des informations à des organisations mondiales telles que le Programme des Nations unies pour l'environnement, afin de les aider à identifier les régions à haut risque de pollution et de contamination.

Le gouvernement a également lancé une application mobile appelée EcoZagroza, qui se traduit par "menace environnementale", qui permet à chacun de poster des photos et des vidéos des dommages environnementaux qu'il a vus. L'application fournit également des données et des statistiques sur la qualité de l'air, l'exposition aux radiations et d'autres facteurs de santé environnementale.

L'Ukraine dispose de peu de moyens juridiques pour poursuivre les affaires qu'elle est en train de compiler.

L'Ukraine a l'intention d'utiliser ses propres tribunaux pour poursuivre l'armée russe pour crimes contre l'environnement. La destruction délibérée et systématique des écosystèmes est appelée écocide et constitue un délit en Ukraine.

Mais il peut être difficile de prouver qu'une attaque est un écocide, car il faut prouver qu'il y avait une intention de causer des dommages à l'environnement.

L'Ukraine ne peut pas recourir à la Cour pénale internationale (CPI) pour faire valoir ses droits en matière de dommages environnementaux, car la Cour ne traite pas des crimes contre l'environnement et ne reconnaît pas le crime d'écocide, en dépit d'une poussée par les pays occidentaux pour élargir le mandat de la Cour. Cependant, la CPI a publié un mandat d'arrêt contre le président Poutine pour crimes de guerre, mais il est peu probable que Poutine soit un jour jugé pour les crimes dont il est accusé.

L'avenir de l'Ukraine

L'avenir de l'Ukraine est encore incertain. experts militaires selon lequel l'offensive russe se ralentit et que la contre-offensive de l'Ukraine au printemps pourrait être le facteur décisif pour l'issue de la guerre.

Quelle que soit la façon dont la guerre se termine ou le moment où elle se termine, une analyse complète de l'impact global de la guerre sera nécessaire pour fixer les priorités et fournir une base pour l'organisation du nettoyage, de la réhabilitation et de la reconstruction.

La réparation des infrastructures et des bâtiments endommagés consommera d'énormes quantités de ressources et pourrait émettre de grandes quantités de gaz à effet de serre et d'autres polluants. Cet aspect doit également être pris en compte dans le calcul des coûts environnementaux.

En "reconstruisant mieux", ou au moins en utilisant les principes du climat, de la biodiversité et de l'économie circulaire pour déterminer ce qu'il faut construire, comment et avec quoi, ces coûts peuvent au moins être réduits, et l'avenir de l'Ukraine pourrait être légèrement plus vert qu'avant le début de la guerre.

Longtemps après la fin de la guerre, une grave pollution des sols, de l'eau et de l'air subsistera dans de nombreuses régions du pays. Les bâtiments détruits peuvent continuer à dégager des poussières cancérigènes longtemps après leur destruction.

La vie dans les rivières et autres plans d'eau est anéantie par les métaux lourds et les polluants qui contaminent les cours d'eau souterrains et les réserves d'eau. Les sols des zones de conflit armé deviennent impropres à l'agriculture car les plantes absorbent et accumulent les contaminants. On estime que les munitions mettent 100 à 300 ans à se dégrader dans l'environnement.

Il sera extrêmement difficile de décontaminer les zones fortement contaminées et d'enlever les débris de la zone de guerre, qui devront ensuite être éliminés en toute sécurité. Cette tâche écrasante ne pourra réellement commencer qu'une fois le conflit terminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laissez le champ ci-dessous vide !

Vous pouvez aussi aimer